top of page

Interview de Sossou Essi Candide, auteure du livre « Je vais bien»





Jeune écrivaine avec un premier ouvrage, Sossou Essi Candide a été piquée par la mouche de la littéraire il y a longtemps. Elle aime lire mais aussi écrire. Lire, lire, apprendre de nouvelles choses, se projeter dans d’autres mondes, l’auteure Candide ne peut pas s’en passer. Avec l’appui de la maison d’édition Ecritures Ecrinoir, Sossou Essi Candide a réalisé son rêve d’avoir son ouvrage.


Cette fois, elle échange à cœur ouvert avec Akadi Media. Mlle Candide se prononce notamment sur la nécessité pour tout le monde de savoir concilier nouvelles technologies et littéraire afin de ne pas se perdre. Elle évoque naturellement son amour pour les créations littéraires.



Bonjour Mlle, Veillez vous présenter ?


Bonjour à vous,


Je suis Sossou Essi Candide à l'Etat civil. Pour d'autres, je suis Harmonie. Mais pour moi-même je suis Soecha, comme mon nom d'auteur l'indique! J'ai 20 ans et je suis principalement étudiante en psychologie du travail et des Organisations à l'université de Lomé.



Comment avez-vous commencé dans le monde littéraire ?


Je dirai que j'ai toujours eu un pied dans le monde littéraire depuis toujours... Mon papa étant un féru de littérature, il voulait que tous ses enfants fassent des séries littéraires. Et je l'ai manqué de peu. J'ai été la seule à virer en série scientifique après mon BEPC. Cependant je lisais depuis que j'ai appris à lire, je lisais tout ce que je trouvais, et avec le temps j'ai commencé à écrire un peu de tout aussi. J'avais aussi une imagination débordante pour une enfant donc je vous laisse un peu imaginer !



Combien de livres à votre actif ?

Actuellement je n'en ai qu'un seul publié.



De quoi parle votre livre ?

L'unique livre que j'ai jusque-là s'intitule « Je vais bien ». En vrai, ce livre se veut être le cri de détresse de toute adolescente typique qui finit par se noyer dans sa propre naïveté.



Arrivez-vous à vivre de la littérature en ce 21e siècle dominé par internet?

Je dirai pas vraiment. Déjà à la base, le constat a été clairement fait que rares sont les personnes qui arrivent à préserver leur amour pour la lecture ou tout simplement pour la littérature. Et même si, tout le monde préfère aujourd'hui le digital, on y est facilement distrait. Cependant, je pense qu'il suffirait de trouver une manière adéquate de concilier la littérature et l'internet pour pouvoir y trouver son compte !





Mot de fin


Alors je vous remercie tout d'abord. Ensuite, je tiens spécialement à adresser à toutes ces filles ou tout simplement toutes ces personnes qui se reconnaîtront dans Adjowa (confère le livre) qu'il n'est jamais trop tard pour en parler. Et pour finir, je souhaite à chacun d'entre nous de vivre sa plus bonne vie.


273 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page