top of page

Le Prof Emmanuel Toh BI rend hommage aux feus DJ Arafat et Skelly, ces rois du buzz








Ils sont toujours interpellants, ces citoyens d'exception, artistes d'une autre race, enjoliveurs plasticiens d'anticonformisme. Conclusion : la cité a besoin de ses "fous". 𝗗𝗝 𝗔𝗥𝗔𝗙𝗔𝗧 et 𝐒. 𝐊𝐄𝐋𝐋𝐘 nous ont marqués, non... nous aurons marqués, substantiellement. Ils auront, peut-être, compris le sens, mieux, l'essence de l'art: déformer et fracasser le réel normatif du vécu social, à l'effet d'interpeller le citoyen, le mettant ainsi au procès de ses responsabilités.


En clair, ce sont des personnages tragiques. Il s'en résout que l'art, toutes les fois qu'on n' a pas voulu le museler ou l'enfermer dans ses grandes tours corruptives de mise en scène mimétique et embastillante, et qu'on a voulu en vivre le contenu dans la vie pratique ou courante, on devient toujours tragique. Irréversiblement. Irrémédiablement.

La vie littéraire et philosophique nous en offre des exemples : Socrate face à la ciguë, Diogène le cynique face à Alexandre le Grand, Rousseau face à ses persécuteurs, Jean-Paul Sartre assis sur un tonneau devant les usines Renault en 1968, en soutien à la grève des ouvriers. 𝗗𝗝 𝗔𝗥𝗔𝗙𝗔𝗧 et 𝐒. 𝐊𝐄𝐋𝐋𝐘 en sont la matérialité dans le monde musical, celui du coupé-décalé, plus précisément ; ce genre musical étant lui-même celui des excès outranciers, du moins, à s'en tenir à l'ancrage spirituel initial du concept.


Et pour s'y prendre, nos artistes nommés n'y vont pas de main calculante de lucidité responsable : ils dégamment, tout simplement. Comme seuls dans leur monde. Endossant et prenant, au départ, les coups des critiques pierreuses, et pleuvant au vitriol. Et ce profil de mise à part, d'insistance dans l'impertinence, sans souci de repentance, ni de ressaisisement mental, leur draine des regards massifs d'admiration médiatique, se taillant ainsi un ADN social, une génétique référentielle, une identité remarquable.


Autant dire que, par l'entremise de leur vie, le dégammage devient national. De la drogue au buzz sur les réseaux sociaux, en passant par les scandales en direct sur les plateaux télé et scènes inédites, et même propos parricides, tout y passe. Il l'a dit André Breton, chef de file du surréalisme, dans "Nadja", que " La beauté sera convulsive ou elle ne sera pas."


En d'autres termes, pour qu'il y ait beauté (artistique ou sociale), il faut qu'il y ait fracassement, bouleversement, chamboulement sans mesure. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que 𝗗𝗝 𝗔𝗥𝗔𝗙𝗔𝗧 et 𝐒. 𝐊𝐄𝐋𝐋𝐘, fracassent, chamboulent, bouleversent, dérèglent, déraillent. Et c'est peut-être une étoile missionnaire. Point n'est besoin de les imiter. Le vécu à succès de l'ordre décrit étant spontané et comme olympiennement commandité.


La vérité, c'est que cette race d'artistes, certes , d'indisposition morale initiale, finissent par donner bonne conscience à la cité, et même, par l'équilibrer, au prétexte de la distraire. Ils deviennent la systématisation légale de notre vie profonde proscrite et, donc, irréalisable, du fait de l'éthique, des normes et des lois. Dans ce sens, pansant et soulageant la cité, ces personnages d'exception lui donnent d'être réconciliée avec elle-même, donnant ainsi aux citoyens de faire l'économie d'actes de hantise, qui auraient pu faire mal à la cité.


Résolument, 𝐒. 𝐊𝐄𝐋𝐋𝐘 et. 𝗗𝗝 𝗔𝗥𝗔𝗙𝗔𝗧 ont servi ou servent de décharge névrotique à la cité, laquelle décharge névrotique lui est très curative. C'est une affaire de Freud. Et que c'est vrai ! Et que c'est réel !


Ahmed Bakayoko et Emma Lohoues sont, aussi, cette catégorie de citoyens d'exception, sans être artistes ''de création'', eux, ont/ont eu/ un mode de vie fondamentalement artiste, fou artiste. L' un est parti ; protégeons l'autre.


𝐋𝐚 𝐜𝐢𝐭𝐞́ 𝐚 𝐛𝐞𝐬𝐨𝐢𝐧 𝐝𝐞 𝐟𝐨𝐮s

****

𝐄𝐦𝐦𝐚𝐧𝐮𝐞𝐥 𝐓𝐎𝐇 𝐁𝐈;

𝑃𝑟𝑜𝑓𝑒𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑇𝑖𝑡𝑢𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑒́𝑠𝑖𝑒 𝑛𝑒́𝑔𝑟𝑜𝑎𝑓𝑟𝑖𝑐𝑎𝑖𝑛𝑒 ;

𝐸́𝑐𝑟𝑖𝑣𝑎𝑖𝑛-𝑝𝑜𝑒̀𝑡𝑒 𝑒𝑡 𝑑𝑟𝑎𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑔𝑒 ;

𝐸𝑠𝑠𝑎𝑦𝑖𝑠𝑡𝑒 𝑒𝑡 𝑐ℎ𝑟𝑜𝑛𝑖𝑞𝑢𝑒𝑢𝑟 ;

𝐶𝑜𝑛𝑐𝑒𝑝𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝐷𝑗𝑒̀𝑙𝑒́𝑛𝑖𝑛-𝑛𝑖𝑛;

𝐶𝑜𝑛𝑐𝑒𝑝𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙'𝐼𝑉𝑂𝐼𝑅𝑂𝑁𝐼𝐸.


6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page