top of page

Togo : Des jeunes sensibilisés sur les dangers de la corruption



Au Togo, un groupe de jeunes a décidé d’échanger sur le phénomène de la corruption. Cette problématique fait objet d’un atelier qui se tient du 18 mai au 21 mai 2022 dans la ville de Kpalimé (120 km de Lomé).


Organisé par l’agriéconomiste togolaise Mologa Hélène N'dafidina, cet atelier est axé sur le thème : « Lutte Contre La Corruption Pour Promouvoir l'entrepreneuriat Et Le Développement Économique ». L’initiative s’adresse aux étudiants, chercheurs et entrepreneurs de divers domaines de l’Afrique de l’Ouest.


Il est question d’échanger sur les stratégies des pays d'Afrique de l'Ouest en matière de corruption (avec un point fort sur le cas du Togo). La rencontre sert de cadre pour la sensibilisation sur l'importance de l'entrepreneuriat et d'un secteur privé sain dans le développement économique d'un pays.


L’objectif principal de cet atelier anti-corruption et "pro-entrepreneuriat" est d’accélérer la lutte contre une pratique qui complique le développement économique de plusieurs pays de l’Afrique occidentale. Cela donnera ainsi la voie à l’éclosion de la sphère entrepreneuriale dans ces pays où les jeunes nourrissent bien la volonté de s’essayer au monde de l’auto-emploi.


Photo de famille des participants

Les participants à cet atelier s’informent sur les programmes et projets favorisant l'entrepreneuriat au Togo, les droits et devoirs d'un entrepreneur ; des histoires de réussite d'entrepreneurs locaux. La finalité selon les initiateurs est de parvenir à un vrai changement de mentalité, des attitudes et des modes de vie des individus.


"Les pays qui ont peut-être le plus besoin d'un esprit d'entreprise à fort impact sont souvent en proie à la corruption", selon la responsable du projet agricole, ID2REAL. En organisant ce forum, il est question de tirer la sonnette d'alarme sur cette pratique qui perturbe l’essor des jeunes africains sur le sentier de l’esprit d’entreprise.


De participants en pleine formation

"Le thème étant d'actualité, il a suscité beaucoup d'intérêt. Les participants se sont fortement engagés dans les débats. Cela a permis à beaucoup de se rendre compte que certaines pratiques apparemment anodines peuvent être taxées de corruption. Surtout concernant la petite corruption qui prend incluent les pots de vins que l'on a souvent tendance à cacher sous la coupole de gratitude ou de reconnaissance", se réjouit Mme Mologa Hélène N'dafidina.


Les conférenciers de cet atelier sont : M. Agbéwonou Darwin Yawovi, avocat de formation, Co-fondateur et responsable des relations externes chez Dashmake, M. Komlan Frédéric Estinyo, agent de l'administration fiscale à l'Office togolais des recettes (OTR) et Mme Aïcha Dare, auditeur de justice au Centre de formation des professionnels de la justice.






20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page